SGCI News

Des chercheurs d’Afrique australe transforment des plantes indigènes en produits alimentaires pour lutter contre les carences en micronutriments. Par Nelson Mandela Ogema Selon des chercheurs, des recettes alimentaires élaborées à…

Des chercheurs d’Afrique australe transforment des plantes indigènes en produits alimentaires pour lutter contre les carences en micronutriments.

  • Des chercheurs du Mozambique et de Namibie élaborent des recettes à partir de plantes indigènes.
  • Les recettes visent à remédier aux carences en micronutriments et à réduire les pertes après récolte.
  • Le développement de ces produits peut entraîner une augmentation de la demande et de l’accès au marché.

Par Nelson Mandela Ogema

Selon des chercheurs, des recettes alimentaires élaborées à partir de plantes indigènes et adaptées aux climats locaux pourraient améliorer la nutrition et atténuer les pénuries alimentaires dans les ménages ruraux d’Afrique subsaharienne.
Les chercheurs africains ont créé des produits – notamment des confitures, des jus, des sirops, des yaourts et des soupes instantanées – à partir de plantes telles que l’oranger sauvage, le néflier sauvage, l’amarante, le baobab, l’hibiscus et l’arbre à violettes.
Leurs recettes visent à remédier aux carences en micronutriments dans la région et à réduire les pertes après récolte des fruits et légumes indigènes, expliquent les chercheurs de l’université de Namibie et de l’institut de recherche agricole du Mozambique.
Penny Hiwilepo-van Hal, coauteur du projet et directrice du département des sciences et systèmes alimentaires de l’université de Namibie, a déclaré que depuis 2020, l’équipe a transformé, augmenté et commercialisé des produits alimentaires dérivés de fruits et de plantes sous-utilisés.

« Le site [project] vise à fournir les bases techniques et commerciales nécessaires à la mise à l’échelle par le biais du développement de chaînes de valeur durables et de la commercialisation réussie de ces produits », a déclaré Mme Hiwilepo-van Hal.

« Nous visons à résoudre les problèmes liés à l’insuffisance des données scientifiques et techniques afin d’établir et de développer des chaînes de valeur durables pour l’utilisation des fruits et légumes indigènes et d’en promouvoir la commercialisation », a-t-elle expliqué.

La recherche a été financée par la Science Granting Councils Initiative (SGCI) et coordonnée par les Science Granting Councils de Namibie et du Mozambique – la Commission nationale namibienne pour la recherche, la science et la technologie et le Fonds national de recherche du Mozambique.

Chinemba Samundengu, co-chercheur et maître de conférences au département des sciences et technologies alimentaires de l’université de Namibie, estime que le développement de produits alimentaires indigènes peut contribuer à populariser des aliments sous-utilisés.

« L’utilisation accrue de ces fruits et légumes indigènes par le développement de produits peut entraîner une augmentation de la demande et de l’accès au marché », a déclaré M. Samundengu.

« Cela servirait de motivation pour développer les chaînes de valeur à partir de ces espèces indigènes.

Avantages pour la santé et le climat

Hiwilepo-van Hal a déclaré que l’équipe de recherche avait ciblé des espèces végétales présentant des avantages spécifiques pour la santé, notamment celles qui « renforcent l’immunité, réduisent le risque de carences en micronutriments, d’infertilité et de cancers ».

« [For] violette, les feuilles pourraient être utilisées en nutrition humaine pour réduire les déficiences en hémoglobine et en infertilité tout en inhibant le développement de maladies chroniques grâce à l’effet des antioxydants végétaux », a-t-elle expliqué.

Des tests préliminaires de cytotoxicité – qui montrent l’étendue des dommages qu’une substance peut causer aux cellules – ont indiqué qu’à des concentrations élevées, les extraits de la feuille de violette pourraient potentiellement être utilisés contre des cellules humaines telles que les cellules cancéreuses, [but]. Une analyse plus détaillée de la cytotoxicité et de la phytochimie est nécessaire, a ajouté le chercheur.

Elle pense également que la promotion et l’adoption de plantes et de fruits indigènes nutritifs contribueront au développement de systèmes alimentaires résistants au climat.

« Cela permettra d’assurer un accès durable à des micronutriments abordables pour les ménages ruraux vulnérables », a-t-elle ajouté.

« Les variations actuelles des régimes climatiques se sont révélées très perturbatrices pour les systèmes alimentaires en Afrique et ont eu un impact considérable sur la sécurité alimentaire.

Daniel Otaye, professeur associé au département des sciences biologiques de l’université d’Egerton au Kenya, , estime que la recherche est prometteuse, mais que d’autres études doivent être menées sur la durabilité et la commercialisation à grande échelle des produits végétaux indigènes.

« L’Afrique est confrontée à de nombreux défis, notamment le changement climatique et la sécurité alimentaire. Les résultats de cette étude peuvent contribuer à résoudre certains de ces problèmes », a-t-il déclaré.

La SGCI est une initiative multilatérale visant à renforcer les capacités institutionnelles des organismes publics de financement de la science en Afrique subsaharienne afin de soutenir la recherche et les politiques fondées sur des données probantes qui contribueront au développement économique et social.

SGCi themes


Countries


Categories


Related News

Les plantes indigènes soutiennent la nutrition en Afrique australe

Des chercheurs d’Afrique australe transforment des plantes indigènes en produits alimentaires pour lutter contre les carences en micronutriments. Par Nelson Mandela Ogema Selon des chercheurs, des recettes alimentaires élaborées à partir de plantes indigènes et adaptées aux climats locaux pourraient améliorer la nutrition et atténuer…

La recherche en Afrique est « étouffée par des partenariats inégaux »

Les partenariats de recherche équitables donnent de meilleurs résultats. Par Gilbert Nakweya [NAIROBI] Les chercheurs africains sont souvent sous-estimés et marginalisés dans le cadre des projets de recherche collaboratifs. En conséquence, les problématiques scientifiques présentent des lacunes et l’interprétation des données est biaisée, ont affirmé…

|
Des agricultrices présentent une variété améliorée d’arachide au Malawi. Selon Gift Kadzamira, directrice générale de la Commission malawite pour la science et la technique, les partenariats dans le domaine de la recherche ont pour objectif de trouver des solutions innovantes et des applications pratiques. Photo : A Diama/ICRISAT (CC BY-NC 2.0 DEED)

Des chercheurs concluent des partenariats avec le secteur privé au Malawi

Des partenariats avec les entreprises et le secteur public permettent aux chercheurs du Malawi de s’attaquer à des « problèmes concrets ». Par Michael Kaloki L’Initiative des Organismes subventionnaires de la recherche scientifique (IOSRS) utilise l’approche dite de la « triple hélice » pour permettre aux chercheurs africains de…

|

SGCI funded projects

Des informations sur les projets financés par le SGCI seront bientôt disponibles !

Des informations sur les projets financés par le SGCI seront bientôt disponibles !